42 articles

Résultats de la tombola de l'AS

Par FLORENCE COURBETPublié le 02 févr. 2016 à 14:10 ♦ Mis à jour le 02 févr. 2016 à 14:23

Le tirage au sort a été effectué par les élèves de l’association sportive et sous la surveillance de Mme Léguistin, Principale du collège, le lundi 1er février à 12H45.

 

Pour venir récupérer les lots, veuillez passer voir le personnel de l’accueil du collège avec votre ticket gagnant.

 

Voici les résultats:

 

Lot

N° du ticket gagnant

Nom

TV LCD écran plat

507

Antoine Fortin

Tablette numérique tactile

3652

Marion Mandin

VTT

864

Stéphane Grelard

GPS

509

Lucas Fortin

Lecteur DVD

412

Albert Brisseau

Lecteur DVD

1567

Michel Gaborit

Appareil photo numérique

346

Jeanine Duret

Baladeur MP4

1034

Laurent Girardeau

Baladeur MP4

3022

André Marin

Baladeur MP4

644

Marc Piveteau

Pack loisir 1

5624

Alain Sauvaitre

Pack loisir 2

4531

Jocelyne Tenefolte

Pack loisir 3

5634

Vanessa Papin

Pack loisir 4

5021

Anne Godreau

Pack loisir 5

305

Patrick Yvanogeau

Pack loisir 5

 

 

 

Merci pour votre participation!

Les scolaires des Herbiers se mobilisent pour Haïti

Par admin rostandPublié le 31 janv. 2016 à 16:09 ♦ Mis à jour le 31 janv. 2016 à 16:19

Ce lundi 25 janvier, les directeurs ou directeurs adjoints des collèges, lycées, formations professionnelles (MFR, IREO...) ou supérieures des Herbiers, aussi bien du public que du privé, se sont réunis en mairie à l'invitation de la Ville des Herbiers.

Enjeu de cette première réunion : définir les contours d'une action humanitaire commune en faveur d'Haïti. L'événement se déroulera en mai prochain. A suivre...

source : Ouest-France

21 élèves de 6e deviennent journalistes en herbe

Par FLORENCE COURBETPublié le 27 janv. 2016 à 16:25 ♦ Mis à jour le 27 janv. 2016 à 16:29

Le groupe d'AP1 formé d'élèves des classes 6E et 6F participe cette année à une Classe presse organisée en partenariat avec le journal Ouest-France, le Rectorat de Nantes et le Conseil départemental de Vendée.

 

Les élèves vont devenir de jeunes journalistes. Leur mission : écrire une page complète du supplément Ouest-France qui paraîtra le 22 mai 2016 sur le thème de la Sécurité routière. Ils seront aidés par les professeurs Mmes Gadhi et Courbet et par une journaliste, Madame Roselyne Séné qui fait partie de la rédaction des Herbiers.

 

Le 25 janvier dernier, les élèves ont fait connaissance avec leur marraine. Ils avaient beaucoup de questions à lui poser sur son métier. Et pour une fois, c'est la journaliste qui a été interviewée.

 

Interview de Roselyne Séné, journaliste à Ouest-France

 

6EF : A quoi cela sert un journal ? Et les journalistes ?

La journaliste Roselyne Séné : Un journal sert à informer les gens et à leur expliquer de façon claire ce qui se passe dans le monde et près de chez eux. Les journalistes vont sur place chercher les informations, ils interviewent les témoins. Puis ils écrivent les articles que les gens vont lire.

 

6EF : Depuis combien de temps le journal Ouest-France existe-il ?

R. S. : Ouest-France existe sous ce nom depuis 1944. Avant la guerre il s'appelait Ouest-Éclair.

 

6EF : Combien de journaux sont-ils imprimés par jour ?

R. S. : Tous les jours les imprimeries de Ouest-France impriment 750 000 journaux pour les trois régions où Ouest-France est diffusé.

 

6EF : Dans quelles régions de France le journal Ouest-France est-il lu ?

R. S. : Ouest-France est lu dans trois régions : la Bretagne, la Normandie et les Pays de Loire. C'est un journal qui donne des informations nationales, régionales et locales. Les rubriques sont organisées comme un zoom, des pages sur les informations nationales vers les pages sur les informations locales.

 

6EF : Quelles sont les étapes de création d'un journal ?

R. S. : La création d'un journal commence par la conférence de rédaction. Là on choisit les sujets qui seront traités dans le journal. Les journalistes vont alors sur le terrain, ils réalisent les interviews. Puis ils écrivent leurs articles. Ensuite le journal est mis en page. Il est imprimé dans la nuit. Et le lendemain très très tôt il est envoyé dans les points de vente où bien porté chez les abonnés.

 

6EF : Combien de journalistes travaillent à Ouest-France ? À la rédaction des Herbiers ?

R. S. : Il y a en tout environ 500 journalistes qui travaillent à Ouest-France. A la rédaction des Herbiers nous sommes 4. Dans les petites communes il y a aussi des correspondants qui ont un autre métier. Ils écrivent des articles sur ce qui se passe dans leur commune.

 

6EF : Quels sont les différents métiers qu'on retrouve à Ouest-France ?

R. S. : Ouest-France est comme une entreprise. En plus des journalistes, il y a des cadres, des secrétaires, les gens qui, par exemple, font les fiches de paie, les correcteurs des articles. On trouve aussi tous les métiers liés à l'impression du journal : les maquettistes, les imprimeurs...

 

6EF : Et vous, depuis quand travaillez-vous à Ouest-France ?

R. S. : Je travaille à Ouest-France depuis 7 ans.

 

6EF : Comment êtes-vous devenue journaliste à Ouest-France ?

R. S. : Je suis allée à l'université puis Ouest-France m'a embauché pour faire la mise en page du journal. Puis j'ai appris que le journal cherchait à former des journalistes parmi le personnel. J'ai sauté sur l'occasion. Maintenant ce sont mes articles qui sont mis en page.

 

6EF : Quels sont vos horaires de travail ?

R. S. : Mes horaires de travail ne sont pas strictement définis. J'arrive souvent au journal vers 9h mais je ne pars que quand mes articles sont finis vers 20h. Mon emploi du temps sur la semaine varie aussi.

 

6EF : Pouvez-vous choisir vos sujets ou vous sont-ils imposés ?

R. S. : Un peu des deux. Les choix des sujets se font en fonction des événements, des faits divers. Parfois les gens nous informent aussi sur les manifestations qu'ils organisent.

 

6EF : Quels sont vos proches collaborateurs ?

R. S. : Je travaille surtout avec mes collègues et mon rédacteur en chef.

 

6EF : Faites-vous des voyages dans le cadre de votre métier ?

R. S. : C'est très rare. Mais demain je vais aller assister à la conférence de presse du Salon du livre de Montaigu qui est toujours organisée à Paris. Je vais prendre le train à Cholet et faire l'aller-retour dans la journée. J'écrirai mon article dans le train au retour.

 

6EF : Que fait-on quand on est à court d'idée ?

R. S. : Cela n'arrive jamais car il y a toujours des choses qui se passent. Parfois quand l'actualité est moins importante, on fait passer des articles qu'on a préparés depuis longtemps, comme le dossier sur le bénévolat paru dans le journal au début du mois de janvier.

 

6EF : Est-ce que tout le monde peut être interviewé ?

R. S. : Oui, tout le monde peut être interviewé dans le cadre d'un article. Si vous gagnez une compétition, si vous participez à une manifestation culturelle ou autre, on peut vous poser des questions.

 

6EF : Merci ! A bientôt !

 

Lundi 1er février les élèves de 6EF vont retrouver la journaliste pour leur première conférence de rédaction en tant que journalistes. C'est là qu'ils choisir les sujets sur lesquels ils vont écrire leurs articles pour le supplément du 22 mai.

Une année sous le signe du théâtre

Par ANNA PENARD-GORRINPublié le 20 janv. 2016 à 15:50 ♦ Mis à jour le 26 janv. 2016 à 12:03

Vendredi 8 janvier, les élèves de 5ème faisant l’option théâtre ainsi que la classe de 4B ont découvert une pièce de Théophile Gautier intitulée « Regardez, mais ne touchez pas ! ».
Ce titre énigmatique a su attiser les esprits et piquer la curiosité !

Cette comédie de cape et d’épée a fait l’objet d’un travail préparatoire en classe autour de l’identité des personnages et de l’intrigue pleine de rebondissements.


Résumé : Le cheval de la Reine d’Espagne s’est emballé. Il faut la sauver ! Mais tout homme qui touche à la Reine est puni de mort. Dona Beatrix, sa suivante, a promis sa main au sauveur de la Reine. Deux hommes se présentent comme tel : Don Melchior, imposteur fanfaron, et Don Gaspar, héros romantique. S'ensuivent courses poursuites, combats et duels…

 

A l’issue du spectacle, les élèves – qui cette fois se sont frottés à la langue du XIX - ont particulièrement insisté sur leur plaisir à découvrir les jeux de scène du fanfaron (Don Melchior) vantard et peureux à la fois, ainsi que sur l’invention d’un personnage ajouté par le metteur en scène J-C Penchenat : un souffleur-metteur en scène, qui reprenait, corrigeait, assurait les bruitages. Une trouvaille qui n’a pas manqué de faire rire la salle. Un pari - audacieux et difficile - réussi !

 

Bienvenue à Gattaca...

Par ANNA PENARD-GORRINPublié le 20 janv. 2016 à 16:00 ♦ Mis à jour le 26 janv. 2016 à 12:03

Un titre plein de promesses, mais qui a révélé aux élèves de Troisième un monde bien particulier !


Mardi 15 décembre dernier, tous les élèves de 3è ont pu découvrir au cinéma la deuxième oeuvre filmique proposée à l’étude cette année (Français et SVT) dans le cadre de l’Histoire des Arts.


Après l’analyse d’« Un Long dimanche de fiançailles » à la Toussaint, centré sur la 1ère guerre mondiale (Français et Histoire), cette fois-ci les élèves ont basculé dans le monde aseptisé de Gattaca…


Résumé : L’histoire se déroule dans un futur proche. La science a vaincu les secrets de la génétique. On peut, dès la conception d’un enfant, le protéger de toute maladie et orienter son devenir. Gattaca est un centre d’étude et de recherche pour l’élite des jeunes gens au patrimoine génétique impeccable qui portent en eux la promesse d’une longue vie de succès. Là, ils sont formés et conçoivent d’ambitieux programmes spatiaux. Vincent, lui, est un enfant naturel. Contrairement à son frère cadet rival, Anton, son coeur est fragile et son espérance de vie n’excède pas trente ans selon les médecins. Conformément à sa condition d’ « invalide », il devra se cantonner à des tâches subalternes, mais rêve de partir un jour dans l’espace. C’est donc comme agent de nettoyage qu’il entre à Gattaca. Dans l’univers strictement surveillé de Gattaca, Vincent devient un autre ; il déjoue chaque jour les systèmes de contrôle et d’identification génétique pour atteindre son rêve…


Un sujet qui a su captiver les élèves et les conduire à un travail de réflexion autour des bénéfices et dangers des avancées scientifiques.

Page 1 / 9 Page suivante > Dernière page >>

haut de page